Lors de certains Match de football, le centre-ville de Port-au-Prince est désert

Depuis trois semaines, un peu partout dans le monde, c’est l’effervescence à cause de la coupe du monde organisé par la Russie. Selon les estimations, 1 millions de supporteurs est attendu sur place et 1 milliard de téléspectateurs regarderont la finale.  A Port-au-Prince, comme un peu partout en Haïti, un grand public de fan est aussi au rendez-vous : la mobilisation est si grande que lors de certains matchs, certaines rues de la capitale sont pratiquement désertes.

 

Quoique la sélection haïtienne de football ne dispute pas cette phase finale de coupe du monde – cela fait exactement 44 ans depuis notre première et seule participation à un mondial -, beaucoup d’haïtiens restent des fans invétérés du football. Et ceci toute l’année. Mais la période de la Coupe du monde est l’occasion d’une mobilisation particulièrement importante : les médias sont très actifs et les publicités, nombreuses, plutôt rentables. C’est aussi l’occasion pour les hommes politiques de faire de la propagande en faisant toute sorte de dons (des écrans par exemples dans les quartiers populaires). Pour le gouvernement c’est un moment de répit, une grande diversion : tout le monde reste rivé devant sa télé et tourne le dos à la chose publique. Et c’est le moment idéal pour les manigances et malversations. On prévoit une hausse des prix de l’essence pour les jours à venir.En effet, à cause de l’annonce de la suspension des subventions par la MFI, le gouvernement prévoit très prochainement d’augmenter le prix du carburant.

 

Les haïtiens sont très branchés foot

Brésiliens, Argentins, Allemands, Français et autres sont autant de ces nationalités dont les haïtiens (ceux et celles qui sont fans biens sur) se réclament pour montrer quelle équipe ils soutiennent. Le Brésil et l’Argentine sont les deux équipes les plus aimées en Haïti. Les décors des rues et des maisons, l’engouement pour regarder les matchs qui opposent ces deux équipes à d’autres, les discussions après les matchs, les cris de joie qui font écho lors d’une victoire illustrent bien cet état de fait. Ici, on dit que nous avons le « football dans le sang » pourtant  on ne fait pas grande figure dans les grandes compétitions. Même au niveau de notre championnat national ce n’est pas la grande forme. Etre temps, les footeux s’amusent au mondial.

 

Un groupe d’Haïtiens scandent l’hymne nationale en hissant le drapeau Brésilien 

Le football ici est très branché, le fanatisme très présent aussi. Il suffit de faire défiler les notifications de Facebook pour voir comment la toile s’enflamme et ne parle quasiment plus que des matchs.  Dans certaines rues du capital lors de certains matchs les rues du centre-ville de Port-au-Prince sont pratiquement désertes. Vous vous demandez où sont les gens ? Alors avec notre camera nous sommes allés les trouver devant les écrans suivant la coupe du monde.

 

Peterson Antenor

Publié par Peterson Antenor

J'ai une formation en psychologie . J'ai un coup de Coeur pour les livres et tout ce qui est d'expression artistique. Je suis de Jacmel, la capitale culturelle d’Haïti. Je partage avec vous une partie de moi sur mon blog.

Laisser un commentaire